Ecrire pour le web: les règles pour bien rédiger

5 janvier 2013
Commentaires fermés

Rédiger pour le web, c’est avant tout écrire pour un lecteur qui cherche une information, qui cherche à apprendre, à comprendre, à se divertir. C’est écrire en lui donnant un contenu riche et intéressant, des liens, qui lui permettent de naviguer dans les différentes parties du site.

Si vous pensez qu’écrire de façon concise et précise avec des titres et accroches pertinents, proposer une information riche invitant à l’exploration du sujet vers des liens profonds et populaires, rendre le contenu accessible sur la forme avec des mises en gras, des paragraphes, est une bonne façon de faire vous êtes sur la bonne voie.

Mais que cachent les principes de l’écriture pour le web? S’agit-il uniquement de plaire aux SEO et moteurs de recherche ou de trouver le juste compromis pour satisfaire le lecteur et donner la visibilité optimale à vos articles?

La nécessité d’adapter son langage: les faits

Si tous ces critères sont en effet exploités par Google dans le cadre du référencement naturel d’un contenu, le moteur de recherche ne fait qu’appliquer les bonnes pratiques journalistiques classiques, adaptées au support des écrans, qu’il s’agisse d’ordinateur de bureau, de portable, de tablette ou de smartphone.

L’étude Designing Web Usability de Jakob Nielsen et John Morkes a démontré en 1998 que le temps moyen de lecture d’un article sur le web est 25% inférieur à celui de sa version papier et que 80% des visiteurs balayent le texte sans le lire.

15 ans après les principes sont toujours d’actualité et pour cause:

  • La structure d’un article en pyramide inversée est bien adaptée aux médias de flux que sont les sites de presse;
  • Le référencement naturel est rendu possible par la présence de mots clé dans le texte, notamment en début de texte. Ce qui va donc de paire avec l’écriture en pyramide inversée;
  • L’internaute s’attend à trouver la réponse à sa question. Aimeriez-vous découvrir un laïus de 3 000 signes avant de trouver votre information? Ou préférez-vous obtenir votre réponse et éventuellement, si l’article est riche et bien écrit approfondir le sujet?

Aussi, quel que soit le point d’entrée utilisé pour arriver sur votre site, assurez-vous que votre contenu soit compréhensible par tous, sans avoir besoin du contexte du site. Car la lecture web n’est pas linéaire. Elle peut également être un mélange de lecture transversale et de sérendipité, par la proposition de lien semblant intéressant, aux yeux du lecteur.
D’où l’importance des liens hypertexte offrant la possibilité à chaque internaute de se construire son propre parcours de lecture. Car proposer un contenu intéressant nécessite de se reposer également sur sa structure globale et non linéaire.

Pour vous assurer que votre lectorat comprenne votre message, vous devez penser à toutes les manières par lesquelles il peut accéder à votre contenu et utiliser les informations que vous lui fournissez.

Les principes de l’écriture pour le web

Adapter votre style d’écriture au support du web est donc primordial. Après tout, les journaux télévisuels ont bien adapté les règles journalistiques à leur support, pourquoi en serait-il autrement sur le web?

L’un des plus grands tords de certains rédacteurs de contenu – j’englobe ainsi les journalistes et ceux qui n’ont pas eu la chance d’obtenir leur carte de journaliste, mais rédigent tout de même – vient du fait qu’ils ne prennent justement pas le temps d’adapter leurs règles d’écriture qu’ils ont acquises pour un autre support.

Pourtant tout comme le print, le web a ses règles auxquelles les rédacteurs non web doivent s’adapter – s’ils veulent avoir un profil web et un lectorat à la hauteur de leur talent.

Sur la version papier d’un journal, le maquettiste rappelle à l’ordre le journaliste pour que son article rentre dans les cases du papier; l’obligeant ainsi à raccourcir titre, chapô voire l’article.

Sur internet, il y a le SEO, ceux qui vous donnent des préconisations dans votre intérêt – du moins si votre intérêt consiste à celui que votre article soit lu et non seulement publié.

1 règle pour les gouverner toutes

La règle principale est de respecter toutes les règles d’écritures pour le web suivantes, en adaptant cela va de soi à votre site, votre objectif et votre cible.

Il y a 9 règles d’écriture pour le web qui doivent être respectées pour mériter le titre de rédacteur web confirmé.
Passer outre ces recommandations reviendrait à publier sans secrétaire de rédaction, sans maquettiste, sans iconographe: personne ne voudra ou ne pourra lire l’article bien qu’il soit publié et ce quelque soit la fierté que vous en avez.

9 règles simples, mais efficaces qui conduiront à vous faire connaître d’un lectorat plus grand et ce grâce aux techniques du référencement naturel, qui se reposent elles même sur les techniques journalistiques reconnues et les habitudes des internautes, vos potentiels visiteurs.

  • Utilisez un langage simple, clair et des formes grammaticales simples pour construire vos phrases;
  • Développez une seule idée par paragraphe;
  • Rédigez l’article en pyramide inversée, en commençant par la conclusion l’information importante et organisez ensuite les informations par ordre décroissant de pertinence;
  • Ecrivez des textes plutôt courts, deux feuillets, soit 3000 signes, maximum pour un contenu autre qu’un article de type guide ou mémento;
  • Insérez des sous-titres descriptifs;
  • Mettez en gras les mots importants;
  • Proposez des liens descriptifs permettant de prolonger, compléter et approfondir le sujet;
  • Présentez vos idées sous forme de listes;
  • Privilégiez le mode actif;

Un langage simple et clair

Rien de plus déceptif que d’arriver sur une page prometteuse, qui au final est hors de portée, creuse et impersonnelle.
Aussi, suivez ces conseils pour capter l’attention du visiteur tout au long de votre article:

  • Supprimez les mots superflus;
  • Exposez vos idées avec des mots courts et simples;
  • Ecrivez de la même manière dont vous parlez, si cela s’y prête;
  • Supprimez les jargons, les dictons, les abréviations, les acronymes si vous n’en fournissez pas l’explication;
  • Supprimez les formules vides de sens: c’est au rédacteur de décoder l’information, de la vulgariser, de la rendre accessible au lecteur;
  • Supprimez les ambiguïtés: (par exemple dans la phrase « Le prévenu avoue à son avocat qu’il a tué sa femme », s’agit-il de la femme du prévenu ou de la femme de l’avocat).
  • Assurez la cohérence du vocabulaire;
  • Adressez vous directement aux lecteurs, utilisez la forme active;
  • Datez vos indicateurs temporels: vos articles sont destinés à être lu des années après publication, aussi évitez les calculs de date à vos lecteurs (par exemple, l’an passé devient en 2012);
  • Préférez les informations pratiques à la théorie: abordez succinctement la théorie et accompagnez-la d’informations concrètes, tous vos lecteurs n’ont pas la même faculté d’abstraction que vous;
  • Supprimez les formulations négatives: remplacez-les par la forme positive, la double négation nécessitant un effort de réflexion inutile.
SUR LE WEB: Associated Press Stylebook: la bible des journalistes web
SUR LE WEB: The Yahoo! Style Guide: le guide des meilleures pratiques d’écriture pour le web par Yahoo!

Une seule idée par paragraphe

Que faites-vous lorsqu’un paragraphe vous semble trop long? Vous le balayez, le lisez en diagonal ou lisez-vous chacun de ses mots? La majorité d’entre nous le liront en diagonal.
Considérez ce fait et respectez le principe d’exprimer une seule idée par paragraphe, par ordre décroissant d’importance des arguments. Puis, accompagnez vos arguments d’exemples.
La règle étant de toujours commencer son article par l’idée la plus importante et de le terminer par la moins importante.

Dès l’introduction, le lecteur doit avoir une présentation descriptive et concise du sujet, ainsi que l’objectif de l’article. Car c’est au premier paragraphe de votre contenu que le lecteur décidera de lire la suite ou non. Mais n’entrez immédiatement dans le vif du sujet.
Un point précis, et concret de préférence, vous permet d’accrocher l’attention du visiteur – mais aussi des moteurs de recherche – là où une banalité ou une idée indirectement liée au sujet risquent de les perdre.

Dans le corps de l’article, déclinez le plan de l’article comme proposé en introduction. Vous accompagnez le cheminement de vos idées par des exemples et cas concrets pour vous assurer de la bonne compréhension de vos arguments et renforcer la structure sémantique de l’article.

Votre conclusion synthétise l’intégralité du contenu, sans ajouter de nouvelle idée. Bien entendu, vous pouvez ouvrir le débat surtout si vous avez écrit ou envisagez d’écrire un article lié au sujet. Cette technique de maillage entre articles favorise l’exploration, la poursuite de la lecture, en plus de servir au référencement naturel.

La pyramide inversée ou l’entonnoir: commencez par la conclusion

C’est le corollaire de la règle précédente.
Bien que l’on trouve couramment des articles posant le cadre du sujet avant d’exposer la problématique ou le sujet lui même, être incisif et exprimer une idée par paragraphe vous oblige à aborder au plus haut dans votre texte les éléments importants et de terminer par les détails.

Vous trouverez l’ordre d’importance en vous posant les questions suivantes de la règle des 5W + 2H:

  • What? Quel est le sujet, le problème précis?
  • Who? Quels sont les types d’utilisateurs concernés?
  • When? Quand est-ce que le problème peut survenir?
  • Where? Où le problème peut-il survenir?
  • Why? Pourquoi? Quelles sont les causes?
  • How? Comment le problème peut il survenir? Comment le régler?
  • How many? Combien? Quels sont les moyens nécessaires pour remédier au problème?

Ces questions et les réponses que vous y apporterez seront autant d’éléments à ordonner, pour capter et conserver l’attention des visiteurs.

Des intertitres descriptifs

Identifiez visuellement vos idées grâce aux intertitres.
Non seulement, la présence d’intertitres repose la lecture, aère votre contenu, mais elle constitue également un rappel du niveau d’avancement dans votre plan indiqué en introduction.

En cas de balayage visuel de l’article, l’intertitre permet également de capter à nouveau l’attention du lecteur.
Représentez-vous les intertitres comme les libellés du sommaire de l’article pour vérifier la cohérence.

Les avantages des intertitres sont multiples, puisqu’ils permettent d’enrichir le texte de mots clés pertinents et recherchés par le lecteur. C’est donc un emplacement opportun pour y employer les mots clés écrits pour le web.

Mettre en gras les mots importants

Utilisé avec modération, l’attribut gras permet de faire ressortir des mots clés aux yeux des lecteurs, mais est aussi utilisé par les moteurs de recherche.
C’est une technique supplémentaire de capter l’attention du lecteur sur un passage particulier.

Des liens descriptifs

Qu’attendez-vous à trouver en cliquant sur un lien « cliquez ici »? Et qu’attendez-vous à trouvez en cliquant sur un lien « Conseils pour optimiser une landing page »?

Préférez des liens qui ont une signification claire. En cas de balayage visuel de l’article, l’internaute peut ainsi s’accrocher sur le lien mis en avant, sans avoir besoin de lire la phrase qui s’y rattache. Il est préférable d’inciter le lecteur à lire un autre article, plutôt qu’il quitte la page, voir le site.

Lister les idées

Il est souvent plus facile de lire une énumération de points que de lire un paragraphe.
Adaptez le format de votre texte aux différents cas, en présentant notamment des listes à puces lorsque le texte s’y prête.

Une grammaire et une orthographe irréprochables

Votre grammaire et votre orthographe ont un impact sur la perception de la qualité de votre contenu, de votre site et donc de l’image de votre site.
Aussi, recourir à une vérification du contenu avant sa publication s’impose naturellement. En voici une liste que vous pourrez utiliser gratuitement:

En plus des correcteurs automatiques et encore faillibles, relisez et faites relire le texte par deux personnes différentes.
Vous minimisez le risque de laisser passer des fautes.

Et vous quelles sont vos techniques et outils pour écrire pour le web? Postez vos remarques et commentaires ci-dessous.
Vous avez apprécié cet article? Partagez le: likez le, tweetez le, plussez le ou faites un lien depuis votre site vers cette page.

Je suis responsable acquisition de trafic depuis plusieurs années pour Figaro Classifieds.J'analyse ce qui fait le succès des projets internet. Ma culture est orientée résultats et je trouve de nouvelles opportunités et optimise la conversion en continu.Une autre partie de mon travail consiste à traduire mon expérience et les bonnes pratiques, pour accompagner les entreprises et particuliers dans le cadre de mes services de référencement chez TrafficValue.fr.