Comment démarrer un projet SEO ? Et les outils qui vont vous y aider !

A de nombreuses occasions, j’ai rencontré des personnes qui me disent savoir qu’elles ont besoin du référencement naturel, mais qu’elles ne savent pas par où commencer.
L’un des points les plus importants, dans la réussite d’un projet SEO, est l’émergence de cette intention.

On a parfois besoin d’un nouveau regard, d’une personne qui n’a pas la tête dans le guidon, pour identifier les pistes d’amélioration SEO, ainsi que les facteurs bloquants.
Si les aspects abordés dans cet article vous semblent trop techniques, pour les réaliser vous-même, ou si vous ne savez pas si vous faites bien les choses, vérifiez-le ici !

Vous vous posez des questions sur l’utilité d’un site crawlable, de connaître la profondeur des pages, d’une stratégie SEO sans stratégie de mots-clés, … ?

Voici les points à vérifier pour une campagne SEO qui performe.

1. L’observation analytique avec Google Analytics

Pourquoi avez-vous besoin d’analyser votre trafic ?

Il est difficile de connaître, mesurer le succès de votre campagne SEO, si vous ne disposez pas d’un point de référence solide. Un suivi analytique solide vous aide à identifier les performances de vos efforts SEO. C’est donc le point de départ, après le site et le projet bien sûr.

Qu’allez-vous retirer de l’analyse ?

La web analyse permet de d’identifier les problèmes et les opportunités. Mais les solutions d’analyse de trafic ne font pas tout, toutes seules. A vous de distinguer ces risques ou freins au développement et les pistes de croissance.

Il vous faudra, par exemple, prêter attention à ce que vos segments, à vos objectifs soient pertinents, et bien définis. Vous veillerez à ce qu’une partie de votre trafic issu du référencement payant ne soit pas comptabilisé dans le référencement naturel.

Vous tirerez des opportunités du tracking géographique, du suivi des call to action, où les points qui vous permettent d’obtenir plus de précision de Google Analytics.

Par où commencer l’analyse ?

Le meilleur outil est votre esprit curieux, critique et analytique. Il est intéressant de voir les informations à côté desquelles on passe dans Google Analytics, lorsqu’on prend le temps de s’y pencher.

Je vous invite à commencer dans la section Admin, dans Propriétés et Paramètres d’affichage pour définir les paramètres de configuration initiale.
Puis, poursuivez vers les rapports, où vous aurez envie de découvrir tous les domaines tels que Public, Acquisition, Comportement, et les données de conversion.

Parallèlement, lancez Screaming Frog et dans l’onglet Custom, entrez votre numéro UA-XXXXXXXX-X de Google Analytics. Cette étape vous permet de détecter si l’une de vos pages ne dispose pas du tag Google Analytics.

screaming frog analytics

 

2. La recherche de mots-clés

Pourquoi avez-vous besoin d’une stratégie de mots-clés ?

C’est généralement le premier point non-analytique de tout projet SEO… A l’exception d’un site qui aurait de sérieux problèmes d’exploration par les robots des moteurs de recherche.
Si auparavant, la stratégie de mots-clés reposait sur la recherche de mots-clés, elle a évolué vers la recherche de cocons sémantiques ou thématiques, ainsi que vers l’intention utilisateur.

Qu’allez-vous retirer d’une stratégie de mots-clés ?

Votre site sera plus efficace, si vous savez ce que vos prospects recherchent. Faute de quoi, le trafic part à la concurrence.
Il est très important de prendre du recul, pour comprendre comment pense votre cible et comment lui parler.

Trouvez les termes qu’ils utilisent pour parler de vos produits, et utilisez des outils, pour appréhender le large spectre des opportunités existantes de mots-clés.

Par où commencer votre stratégie de mots-clés ?

Le champion de la catégorie est le planificateur de mots-clés de Google AdWords. Il vous indique le volume de requêtes mensuelles pour les termes que vous lui fournissez. Le planificateur vous propose des variantes et synonymes des mots-clés et expressions présents dans votre liste.

Vous saurez même si l’expression recherchée est concurrentielle. Cet élément vous indique le niveau de difficulté attendu pour se positionner.

google keyword planner

D’autres outils comme Ubersuggest peuvent vous aider dans la recherche de mots-clés.
Pensez également à la suggestion, par autocomplétion, de Google.

3. Benchmark et analyse de la concurrence

Pourquoi avez-vous besoin d’analyser votre concurrence ?

Vous pouvez avoir une idée des termes sur quels vous voulez positionner votre site, mais l’analyse de votre concurrence vous amènera à découvrir des opportunités.
Potentiellement, en suivant votre concurrence, vous pouvez également vous faire une idée du temps nécessaire, pour atteindre les résultats SEO attendus.

Qu’est-ce que l’analyse de la concurrence va vous apporter ?

Vous devez savoir quelles typologies de contenus votre concurrence produit. Comment se positionne-t-elle ? Est-ce que ces contenus lui ont permis de se positionner ou d’accompagner l’engagement social ou de gagner des liens entrants ? Votre concurrence emploie-t-elle des techniques et standards SEO ?

Ce sont quelques-unes des questions à vous poser sur votre concurrence. Non pas forcément pour l’imiter et la suivre, mais pour prendre la mesure concrète des pratiques de votre écosystème.

Par où commencer mon analyse concurrentielle ?

Des outils comme SEMrush et ahrefs vous aideront à comprendre votre environnement.
Buzzsumo vous éclairera sur les aspects d’engagement et de popularité sur les réseaux sociaux, de votre concurrence.

4. Analyse technique du site

Pourquoi avez-vous besoin de réaliser une analyse technique de votre site ?

Il est inutile de chercher à positionner votre site sur des mots-clés importants, s’il ne peut être exploré par les moteurs de recherche. Ce qui est indexé est ce qui a le potentiel d’apparaître dans les résultats de recherche.

Pour réussir en SEO, vous devez nourrir les moteurs de recherche de contenus à crawler et leur indiquer quels contenus ne sont pas importants.

L’analyse technique est une phase nécessaire pour identifier les freins techniques, au bon classement de votre site.

Qu’allez-vous en retirer ?

Votre site avait une partie involontairement non-autorisée, suite à une erreur lors d’une mise en production pressée.

L’analyse technique permet de constater ce type de problème. Vous définissez alors les règles pour qu’ils ne puissent plus se reproduire.

Ce qu’il faut retenir, c’est que les fichiers sitemaps XML contiennent les pages importantes à indexer, tandis que le fichier robots.txt bloque le crawl des contenus spécifiés.
Et si vous avez des pages similaires, utilisez à la balise canonical pour spécifier laquelle est la référente.

Où commencer votre analyse technique ?

Google Webmaster Tools est impératif. Il regroupe plusieurs sections vous informant de la façon dont Google perçoit votre site. Il vous indiquera les pages les plus liées de votre site, les mots-clés les plus utilisés, les pages en erreur, les pages bloquées aux robots, la vitesse de chargement des pages du site et bien plus encore.

Prenez le temps de vous y plonger, ainsi que dans les Bing Webmaster Tools.
Des outils tels que Pingdom et GTmetrix vous aideront aussi à mieux comprendre les lenteurs de votre site et comment y remédier.

5. Analyse des pages de votre site

Pourquoi vous en avez besoin ?

L’analyse technique vous montre la structure de votre site et sa capacité à faciliter son indexation par les moteurs de recherche.
A cette étape, vous optimisez la pertinence des mots-clés et thématiques de votre site, pour apparaître aux yeux des moteurs de recherche, comme un site qui fait autorité sur ses sujets.

Qu’est-ce que vous allez en tirer ?

Les éléments de vos pages doivent être en synergie, pour travailler dans le même sens. Les titres de pages, les titres d’en-têtes, les sous-titres, les URL des pages, les liens internes, les contenus, tous sont des basics nécessaires du SEO.
Bien sûr, vous aurez besoin d’autres éléments externes, qui entrent en compte dans votre positionnement, comme le rythme d’augmentation des liens externes, le nombre de citations du site sans lien…

Par où commencer ?

L’examen manuel des pages est recommandé, mais pour certains sites à gros volume de pages, cela est tout simplement impossible. Composez-vous un jeu d’essai intégrant des pages type et des pages majeures.

Vous pouvez alors les examiner avec des outils comme Screaming Frog. Des applications, en mode SaaS, permettent l’analyse de site, c’est le cas de Woorank.
N’oubliez pas que si une page doit plaire aux moteurs de recherche, elle doit d’abord répondre aux besoins des visiteurs.

Il vous faudra donc identifier les contenus rédigés uniquement pour les moteurs de recherche.

6. Audit de contenu

Pourquoi avez-vous besoin d’un audit de contenu ?

Le contenu est roi. Banalité ? Pas tant que ça. De nombreux sites n’ont pas, encore, passé le cap de la création de contenu informatif, pratique, exploitable…
Un bon contenu est pourtant un excellent moyen de faire parler de sa marque, ses services sur les réseaux sociaux, et plus globalement sur internet.

Le nombre de sites en ligne est croissant, le nombre de pages indexées augmente irrémédiablement.
Pour faire leur choix, parmi tous ces contenus, les moteurs de recherche améliorent en continu leur algorithme de classement des contenus.

A ce jeu-là, les contenus qui répondent aux intentions des internautes sont alors les plus valorisés et reçoivent naturellement plus de trafic que les autres.

C’est l’une des raisons pour laquelle, plutôt que de chercher à écrire un contenu visant à positionner votre site sur un mot-clé, je vous recommande vivement de comprendre ce que recherchent les internautes, qui saisissent le mot-clés dans Google ou Bing.

Cette empathie vous donnera des pistes d’optimisation de vos contenus, pour donner envie aux internautes de les partager ou de faire un lien depuis leur blog.

Qu’allez-vous en retirer ?

Un audit de contenu commence par l’identification des contenus sur lesquels vous vous positionnez.
Repérez les pages qui se positionnent le mieux ou génèrent les plus de liens et modifiez ou créez des contenus pour leur donner ces mêmes critères de succès.

En confrontant l’analyse de votre site à celle de votre concurrence, vous serez en mesure de souligner les forces et faiblesses de votre stratégie de contenu.

Par où commencer ?

SEMrush vous permet de mieux comprendre sur quelle mots-clés ou typologie de mots-clés votre site se positionne, ainsi que les landing pages associées.
Comparez vos résultats avec ceux de votre concurrence, pour comprendre les contenus qui ont fonctionné, en trafic et en acquisition de liens externes.

7. Audit de liens

Pourquoi vous en avez besoin ?

Google Penguin a fait beaucoup de bien, ou de mal selon le point de vue, au paysage SEO. Les mauvaises pratiques, qui fonctionnaient en utilisant un défaut de conception de l’algorithme de Google, ne sont désormais plus qu’un souvenir. Fut un temps où certains pensaient qu’un SEO se devait de créer des liens sur tous les types de sites, y compris ceux qui n’étaient pas pertinents.

Comme pour la balise keyword, et d’autres techniques, les abus et les dérives ont conduit Google à revoir son approche, et désormais ces pratiques entraînent une pénalité de Google.
Ce qu’il faut comprendre derrière la création de lien, c’est surtout que votre contenu doit inciter à la création naturelle de ces liens. Ce n’est pas à vous d’aller poster et arroser les sites de vos liens.

Il est désormais question de ciblage pertinent, et de visibilité performante et conversionnelle.

Qu’est-ce que l’audit de liens vous apporte ?

La mauvaise interprétation, qui a conduit de nombreuses personnes à faire du netlinking massif sans valeur ajouté, est malheureuse et dommageable. Une demande d’une personne qui croit comprendre, sans s’en assurer auprès d’expert fait prendre des risques à son entreprise.

Un crawl des liens profonds vous indiquera les potentielles mauvaises pratiques, que vous n’aurez plus qu’à faire disparaître.

Par où commencer ?

Si vous n’avez pas la connaissance de l’historique de votre site, sur ces aspects, des outils comme Majestic SEO, ahrefs, LinkResearchToolsNetpeak Checker, CognitiveSEO, Link Detox et Webmaster World Free Tools.

Vous obtenez la liste des sites détenant des liens vers le vôtre. L’étape suivant consistera à marquer les mauvais et les désavouer auprès de Google.

2 Commentaires. En écrire un nouveau

Un article vraiment complet comme on les aime. Personnellement j’aurais également ajouté Webmaster Tools à la partie Analytique, et pas simplement à la partie technique car c’est une mine d’information lorsque l’on prend un site en main.
Sinon une petite coquille à corriger en fin d’article (Masjestic SEO au lieu de Majestic SEO). D’ailleurs pourquoi le lien est-il barré ?

Répondre
    Vincent Limouza
    9 mai 2015 1 h 27 min

    Bonjour Cédric,
    Merci pour ton commentaire. Il est d’autant plus juste que désormais les Google Webmaster Tools intègrent depuis cette semaine une fonctionnalité analytique plus poussée.
    Quant au lien de Majestic SEO, un plugin vérifie les liens et les raye lorsqu’ils sont détectés inactifs (erreur 500 dans ce cas). Mais il n’était pas encore retourné sur la page depuis le précédent contrôle.
    Encore merci

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

Menu