Lorsqu’une publicité est diffusée sur internet, elle conduit le visiteur vers une page déterminée par l’annonceur.
Cette page est appelée landing page ou page d’atterrissage.

Dans l’idéal, cette landing page devra être optimisée pour le rendement auquel elle a été destinée.
Inscription, téléchargement, demande de devis, réservation, achat, quel que soit l’objectif visé, vous devrez l’avoir en tête pour la concevoir.

Bien qu’il n’y ait pas de landing page parfaite, il existe des règles et standards augmentant les chances d’en créer une dont les rendements combleront vos attentes.

Voici donc 10 règles pour concevoir une landing page efficace.

Une page d’atterrissage bien conçue guide le visiteur et optimise ainsi les rendements.

Le titre de landing page et de l’annonce

Le titre de la landing page et celui de l’annonce doivent se coïncider et se compléter.

D’une part, c’est un facteur de réassurance pour le visiteur qui voit, sans effort, qu’il est sur la bonne page.

D’autre part, vous bénéficiez d’un premier bonus Google partie AdWords: avoir un titre similaire sur l’annonce et la page de destination est un signal fort de pertinence. Cela impacte de façon positive le Quality Score et à terme votre CPC.

Deuxième bonus Google partie SEO, la complémentarité du titre de la page (balise title) et du titre de page (balise H1) permet de renforcer la sémantique. C’est le cas par exemple avec un title “achat pc portable” et un H1 “vente pc portable”. Vous maximiser donc les chances de remonter aussi bien sur une variante de votre expression.

Des titres clairs et concis

Les titres sont les premiers éléments lus par le visiteur. Ils ne doivent donc pas être mal interprétés ou ennuyeux, car trop longs ou ambigus, mais au contraire, ils doivent inciter le visiteur à prolonger sa visite.

Synthétiser un point particulier abordé dans la page attirera plus l’attention du visiteur qu’un titre vague et saisi juste pour remplir un trou de la maquette.

Une grammaire irréprochable

Prenons l’exemple d’un site marchand qui présenterait des erreurs de saisie.
Le visiteur peut se demander, s’il en sera ainsi dans la collecte de ses informations personnelles et dans son espace de facturation. Car pour lui les conséquences seraient des problèmes de livraison ou de facturation, bref un soucis dont il se passera.

Pour limiter les freins à l’action du aux erreurs, il est recommandé de relire et de faire relire à 2 autres personnes chacun des textes et chacune des pages.

Tirer parti des indicateurs de confiance

Qu’il s’agisse de citations dans la presse, de badges ou sceaux de garantie, de marques de bureaux de certification, de résultats d’une étude consommateurs, de témoignages clients, toute information pouvant rassurer le visiteur qu’il est sur un site de confiance à un impact dans les actions qu’il va effectuer.

Certains d’entre vous peuvent trouver ces techniques cheap et inefficaces. Un conseil tant que vous n’avez pas testé toutes ces solutions et plus encore, attendez la fin de vos tests et laissez plutôt parler les chiffres.

Utiliser un call to action fort

Après avoir lu le titre et compris qu’il est sur la bonne page, que doit faire le visiteur?
Il est crucial pour lui de savoir quoi faire pour arriver à ses fins, sans quoi il naviguera, au mieux, sur d’autres pages de votre site avant de retomber sur ses pattes ou, au pire, il quittera votre site pour trouver une page plus simple.

Une incitation à l’action percutante augmentera les performances de la landing page.

Les boutons et call to action doivent ressortir

Pour attirer le regard et inciter, il faut identifier les mots clés que recherchent les visiteurs pour chaque page et les faire ressortir. Cherchent-ils “gratuit”, “téléchargez maintenant”, “achetez”?

Si l’incitation à l’action n’est pas le bouton, placez le bouton juste en dessous du call to action.
Le bouton sera lui grand et de couleur vive pour attirer l’attention.

Limitez les choix de sortie

Plus le visiteur a de choix, moins il est guidé. Moins il est guidé, plus il est distrait de l’objectif de sa visite, ce qui se répercute de façon négative sur les rendements.

Si certaines pages méritent de nombreux liens pour montrer une certaine exhaustivité, la landing page au contraire doit voir son nombre de liens réduit au plus simple appareil.

Le fameux KISS ou Keep It Simple, Stupid est de rigueur sur la landing page.

Utiliser des images et vidéo relatives à l’annonce

De nombreuses études démontrent l’impact positif des images adéquates sur un texte.
Valoriser le visiteur en lui reflétant l’image qu’il recherche dans le produit de la landing page est un moyen simple de satisfaire l’ego du prospect, en le plaçant dans une situation confortable et valorisante.

Le principal au-dessus de la ligne de flottaison

Le plus important de la landing page doit se trouver au dessus de la ligne de flottaison, car nul ne peut garantir que le visiteur visionnera le contenu de la page dans son intégrité et sans faire défiler l’écran.

Le call to action devra donc se trouver au-dessus de cette ligne, à un endroit évident, c’est-à-dire que le visiteur n’aura pas besoin de le chercher.

Toujours tester

Vous avez mis en place ces quelques conseils et avez remarqué des améliorations? Félicitations! Vous pouvez à présent réaliser de nouvelles séries de tests en changeant des portions de texte, de titre, le call to action, les images, ou tout autre élément pouvant influencer le prospect.

Vous pouvez également tester en changeant les emplacements de ces différents éléments.

Et vous, quelles sont vos astuces pour une landing page performance?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

Menu