En améliorant en continu le SEO, il n’est pas rare de voir surgir des erreurs qui peuvent avoir un impact négatif et réduire les chances de mieux se positionner dans les pages de résultats.

Voici donc quelques unes des erreurs courantes, à éviter pour vous assurer les meilleures chances de positionner vos pages sur Google.

Pas de proposition de valeur

Proposer des contenus semblables à ceux disponibles sur de nombreux sites n’aura que très peu d’impact positif, voire aucun. Dans le pire des cas, votre site peut même être déclassé. Vous ne réussirez alors jamais à classer votre site sur les premières pages de Google.

Si des sites sont présents longtemps avant vous sur un sujet et que vous envisagez de les concurrencer sur ce mot-clé, vous ne pourrez y arriver qu’en apportant une proposition de valeur et une richesse unique à votre contenu.

C’est le pré-requis au positionnement et au trafic.

Vous utilisez des biais SEO

Le recours aux bonnes pratiques du SEO est la seule façon de garantir un socle SEO solide pour une exploration et une indexation adéquates.

Détourner des principes peut certes fonctionner pendant une période, mais les risques peuvent être plus désastreux que les gains : la disparition des pages de votre site de Google.

Il est humain de vouloir des résultats rapidement, mais c’est le métier de Google de s’assurer que les techniques irrespectueuses soient sanctionnées d’une forme de bannissement des pages de résultats.

Vous faites du SEO pour Google

En implémentant les préconisations des dernières mises à jour de Google pour le positionnement, il vous faut aussi penser aux besoins de vos utilisateurs.

Respecter l’usage et optimiser le balises meta, c’est très bien, mais pensez avant-tout à l’intention de l’utilisateur qui atterrit sur votre page.

Le contenu doit être fourni et optimisé pour l’utilisateur et non pour Google.

Les règles de Google peuvent changer sans prévenir.

Il est donc préférable de suivre les lignes directrices, plus que les techniques qui fonctionnent aujourd’hui.

Vous ne gérez pas les erreurs

Différents projets peuvent conduire des pages à changer de structure de lien et donc d’URL.
Si rien n’est fait, les anciennes URL retournent des pages en erreur 404.
La page devient alors inaccessible.

Mais que deviennent tous les liens acquis et repris sur d’autres sites, dont Google ?
Il est important d’anticiper les changements de liens et d’effectuer une ultime exploration du site avant mise en production.

Avoir trop d’erreurs 404 signifie que votre site connaît un problème non corrigé.

Les Google Webmaster Tools vous fournissent les liens en erreur.
Vous pouvez également recourir à un crawl par Xenu ou Screaming Frog, pour identifier les patterns de redirections à effectuer.
Vous pouvez selon les cas indiquer à votre serveur, comme à Google, la marche à suivre en précisant un code d’erreur approprié.

Le code d’erreur 410 indique à Google de supprimer des pages de son index, que vous avez volontairement supprimées de votre site.
Le code d’erreur 302 lui indique que vous redirigez temporairement vos pages vers une destination, mais qu’il ne doit pas prendre en compte l’information dans son index.
Le code d’erreur 301 indique que vous avez modifié l’URL de page que vous redirigez définitivement vers de nouvelles.

En traitant ces erreurs, vous vous assurez non seulement de récupérer le trafic que vous auriez perdu, mais en plus vous indiquez à Google que vous gérez parfaitement votre site, pour le bien des utilisateurs.

Vous cassez la structure du site

Refaire un site peut aboutir à une catastrophe si les moteurs de recherche comme les utilisateurs sont en difficulté lorsqu’il s’agit de trouver un contenu ou d’explorer le site.

La structure doit être compréhensible et conduire rapidement aux contenus principaux.
Identifiez les problèmes de navigation. C’est le premier point d’entrée pour faciliter l’exploration de votre site.

Vous ne proposez pas de liens profonds

Les liens profonds sont à la base de votre structure lorsque vous la schématisez.
Sans les contenus qu’ils représentent, vos pages de listes (catégories, rubriques, thématiques…) et votre page d’accueil ne sont pas grand chose.

Implémentez aux plus hauts niveaux, comme aux plus bas, des liens vers des pages profondes. Vous donnez ainsi plus de visibilité à ces contenus, et vous leur permettez de mieux se positionner sur Google.

Vous faites du bourrage de mots-clés

Bien que cette pratique tende à disparaître, j’entends encore souvent des personnes (généralement étrangères au métier) dire qu’il faut, voire qu’il suffit d’ajouter des mots-clés pour faire l’affaire et se positionner.

C’est ignorer les risques encourus et les impacts négatifs sur votre référencement. Pour un peu plus de temps et de réflexion, vous êtes en mesure de produire et disposer de contenus propres et respectueux des bonnes pratiques.

Pour rappel, Google considère le keyword stuffing comme une pratique de manipulation visant à mieux positionner le site.
Les mises à jour des algorithmes de Google poursuivent le travail d’assainissement des contenus bourrés de mots-clés et sans valeur ajoutée.

Prenez donc le temps de produire des contenus de qualité ou recourrez à d’autres leviers d’acquisition de trafic pour des effets immédiats qui ne nuiront pas à votre référencement naturel. Les liens sponsorisés, le Display ou les médias sociaux peuvent vous apporter le trafic recherché.

Vous avez du contenu dupliqué

Le contenu dupliqué c’est le fait de proposer un même contenu par le biais de plus d’une URL.
Si les inversions de paramètres sont généralement traitées, pour ne plus avoir d’URL en double du type http://monsite.com/page?p=1&q=2 en parallèle à http://monsite.com/page?q=2&p=1, on peut parfois laisser passer des cas notamment avec les paramètres de suivi analytique (xtor, utm…).

Vous pouvez maîtriser ce contenu dupliqué en précisant quel est le contenu référant, grâce à la balise .

Placée dans l’en-tête des pages, elle signale à Google que vous estimez que cette page est la plus pertinente selon vous et que vous souhaitez la privilégier à ses doublons.

Vous faites un usage excessif d’images

Les moteurs de recherche ont besoin de texte pour positionner vos pages sur des mots-clés. Si Google avance sur la reconnaissance de caractères, les moteurs de recherche ne savent pas lire le texte contenu (dessiné) dans une image.

Il est donc nécessaire d’inclure les points principaux en texte dans vos pages.

Prenez le cas des infographies : une image illustre un concept.
C’est parfait pour faire parler de vous sur les médias sociaux, pour générer des liens naturels vers votre site.
Mais pour ce qui est du positionnement, il vous faudra rédiger un minimum de texte pour décrire ce que contient l’image.

De même si vous réalisez des podcasts ou des vidéos : proposez une retranscription complète à vos visiteurs. Des sociétés se sont d’ailleurs spécialisées pour proposer des services dans ce créneau.

Vous oubliez les appareils mobiles

Certains sites ne proposent pas d’expérience dédiée aux smartphones et tablettes. Pourtant le trafic mobile est sur le point de dépasser celui de l’ordinateur de bureau.

C’est l’une des raisons pour laquelle Google a mis à jour l’un de ses algorithmes et prend désormais en compte depuis le 21 avril 2015 l’expérience utilisateur sur les appareils mobiles comme critères de référencement d’un site sur Google mobile.

Il existe de nombreux modèles de sites en responsive design.
Vous trouverez également des squelettes complets et gratuits, que vous pouvez adapter ou faire adapter rapidement.
Dans la majorité des cas, un site peut être passé de son ancienne version non responsive à une version responsive en une semaine, par une personne dédiée.

Il n’y a donc pas d’excuse pour ces sites. C’est devant cette facilité que Google aussi décider qu’il pouvait adapter son algorithme.
Les sites pouvant très vite être modifiés pour se mettre aux standards du web.

Si vous cherchez des pistes de trafic, commencez donc par passer votre site en responsive design. C’est potentiellement par ce biais que vous bénéficierez d’un gain significatif de trafic naturel.

Vous avez des itérations lentes et longues

Les moteurs de recherche évoluent constamment. Bon, OK, surtout Google, les autres ont tendance à suivre, ou ce sont spécialisés dans d’autres créneaux.

Il est important de pouvoir suivre ces évolutions et d’intégrer les spécifications à votre site pour au minimum préserver votre trafic actuel et au mieux augmenter votre trafic SEO.

Des intégrations lentes et tardives sont l’une des principales cause de baisse du trafic SEO.
Et pire, si vous corrigez tout d’un coup, Google peut placez votre site en examen, de sorte à s’assurer que vous n’avez pas sur-optimisé votre site.
Pendant ce délai, le positionnement de votre site peut être conservé à l’identique dans le meilleur des cas, et au pire dégradé.

Pour lui c’est comme si vous étiez un mauvais garnement qui subitement devient homme de foi. Ça lui semble louche et pourtant, ça s’est produit et ça se produit encore.

Vous avez une approche segmentée

Le SEO est plus complexe que remplir des balises métas, écrire un H1 et du texte.
Bien fait, il nécessite une stratégie globale intégrant les différents aspects (branding, services marketing, intention des utilisateurs…).

Ne se poser que la question du trafic généré est donc la meilleure façon de manquer d’innombrables opportunités de conversions, mais aussi laisser filer les opportunités d’améliorer son positionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fill out this field
Fill out this field
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.

Menu